February 20, 2009

Après l'Islam des caves, l'internet des caves ?

On ne s'en lasse pas de
M. Frédéric Lefebvre:
"M. Frédéric Lefebvre: Il y a plus de dix ans, j’ai passé quelques bouts de nuits à ses côtés dans certaines caves du 18e arrondissement – peut-être y étiez-vous aussi, monsieur Bloche ? – pour mettre en route des serveurs. Je connais donc parfaitement Internet. Lorsque ce mode de communication ne concernait que quelques milliers d’individus, ceux qui ne sont mus que par l’appât du gain en restaient éloignés. Maintenant que des millions de Français l’utilisent régulièrement, les enjeux économiques sont devenus considérables, et Internet reste l’un des lieux du monde où règne le capitalisme sauvage, le libéralisme sauvage. (Rires et exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

Mme Aurélie Filippetti: Que vous avez découverts il y a un mois !

M. Frédéric Lefebvre: Ceux qui profitent du système refusent tout contrôle, sous prétexte de liberté.

De la même façon que nous lançons la guerre aux paradis fiscaux…

Mme Aurélie Filippetti: Ah bon ?

M. Patrick Bloche: Depuis quand ?

M. Frédéric Lefebvre: …il nous faut réguler Internet partout dans le monde, afin que toutes les entreprises respectent le droit de propriété, que les trafiquants et les voyous en tout genre soient poursuivis, que cet espace continue à se développer dans le respect de la personne humaine et des principes démocratiques. Notre pays doit montrer la voie.

On a dit tout et n’importe quoi à propos de cet amendement, notamment qu’il créerait une taxe de 3 % sur les vidéos afin de financer la télévision publique. Décrédibiliser pour susciter le rejet, je connais. Plus c’est gros, plus ça passe ! Je vous assure qu’il ne s’agit pas de taxer, mais de veiller à ce que les contenus utilisés soient payés à leurs auteurs, ou à ce qu’une contribution proportionnelle soit réglée par les entreprises qui les proposent, comme le prévoit l’alinéa 2 de cet amendement.

Un décret en Conseil d’État définira le mode de calcul de la contribution, après une large concertation. Il ne s’agit pas de financer la télévision publique, mais tout simplement de veiller à ce que des entreprises ne puissent utiliser impunément des contenus, sans participer d’une façon ou d’une autre à leur financement. N’est-ce pas une évidence, messieurs Bloche et Rogemont ?"


On rie jaune aussi en lisant cet article de rue89 Les rockeurs de MGMT pas ravis d'être diffusés par l'UMP:
"Nicolas Sarkozy avait déjà des démêlés judiciaires avec les rappeurs de La Rumeur, il pourrait en avoir également avec les rockeurs de MGMT. Plus précisément, l'UMP, dont le chef de l'Etat reste le président de fait, pourrait en avoir. Le groupe américain demande réparation au parti majoritaire pour avoir utilisé sans autorisation sa musique lors de deux meetings et sur Internet."

L'oeil, la poutre, le voisin, toussa...



Allez un dernière dont on ne se lasse pas:


Posted 9 years, 2 months ago on February 20, 2009
The trackback url for this post is http://mguesdon.oxymium.net/blog/bblog/trackback.php/135/

Comments have now been turned off for this post